Au Coeur Ancestral

Vampires de Farciennes

Vampires de Farciennes

vampires de Farciennes img source google

Farciennes est une commune de Belgique située dans la province de Hainaut, à une dizaine de kilomètres de Charleroi, située sur la Sambre et le périphérique de la ville de Châtelet et de Châtelineau.

Farcienne est également connu pour une commune anciennement industrialisée, comme le célèbre charbonnage du Roton qui fut le dernier charbonnage de la wallonie à fermer.

Mais le long de la rive gauche de la Sambre se trouve un château en ruine, datant du XVII éme siècle, servait de frontière avec le comté du Hainaut et s’agissait d’une enclave inféodée à la ville épiscopale.

Classé en 1916 par la Commission Royale des monuments et sites et en 2009 comme monument du patrimoine Wallon, ce château n’est plus qu’une demeure en ruine.

Pourtant jadis, Louis XIV le considérait comme le petit Versailles, ou l’on pouvait admirer deux haies de 35 mètres, de jet d’eau s’élevant à 20 mètres, bordés de bâtiments sur trois côtés et marqués par trois tours en brique et pierre de calcaire.

Aujourd’hui il ne reste plus qu’une tour où l’on peut apercevoir au-dessus du porche une armoiries bandée de vair de la princesse de Longueval, la belle-mère du comte Charles Josef de Batthyany, le descendant du célèbre comte de Dracula.

Lorsque les ouvriers décidèrent de démolir en mars 1851 la chapelle Saint-Jacques à Tergnée, ils mettent à nu les portraits du comte et de la comtesse de Bucquoy, ainsi que la représentation de Saint Jacques patron de la chapelle, mais les travaux sont réalisés dans l’indifférence et des pièces historiques sont égarés ou anéantis.

C’est en avril 1851 lorsqu’ils enlèvent la butte qui se dressait devant la chapelle que les ouvriers découvrirent sous le chœur cinq cavités en forme de tombe non revêtue de maçonnerie, des cercueils rongés par le temps et des ossements humains.

Sauf que sur quatre sarcophages, ils étaient transpercés d’un long pieu de 68 x 2,5 cm, pesant 2,5 kg plantés à l’endroit de la poitrine du défunt, tandis que sur le cinquième le clou était à plat par mis les ossements, que les têtes étaient tous tournée à l’Orient.

Comme il s’agissait de membres de la famille du comte Batthyany d’origines hongroises, cela rappelle la tradition des populations des Carpates qui obéissaient à une superstition, qui était la manière de se débarrasser des vampires et d’empêcher le retour nocturne de ces fantômes assoiffés de sang de vampiriser les vivants.

Ce qui donne aujourd’hui, des légendes urbaines, voire même un lieu qui serait hanté.

Mais heureusement de nos jours la commune de Farciennes, grâce à la cavalcade ( c’est le terme d’un genre de festivité que l’on nomme chez nous comme le carnaval) rend hommage à cette légende de la comtesse Batthyany en retrouvant dans le cortège des vampires et des ouvriers communaux se promenant dans les rues, avant d’aller brûler la comtesse au château.

Bien sur, dans ce cortège se trouvent également d’autres groupes des environs de la région comme nos fameux Gilles, des clowns, des majorettes, des arlequins, etc.

Cordialement votre admin.

Spirituellement vôtre.