Au Coeur Ancestral

Hell Fire Club

Hell Fire Club

Hell fire club Source google

Voici la première partie de l’intitulé sur «  Hell Fire Club » vous racontant les histoires horribles et événements démoniaques.

Perché dans les montagnes de Montpelier Hill, plus connu sous le nom de The Hellfire Club, qui signifie « le club de l’enfer » pour un bâtiment situé au sommet d’une colline de 383 mètres d’altitude, qui se trouve dans le comté de Dublin, en Irlande.

En effet, ce bâtiment étant un ancien pavillon de chasse d’une conception palladienne, qui aujourd’hui est complètement en ruine est très réputé par les nombreux événements et phénomènes paranormaux.

A l’origine, il y avait une ancienne tombe à couloir où se trouvait un tumulus de terre et de pierre recouvrant les sépultures mégalithiques. C’est vers 1725, qu’un des hommes les plus riche d’Irlande, William Conolly qui était porte-parole de la Chambre des communes irlandais, décide de construire un pavillon de chasse sur le site. En détruisant la sépulture et en utilisant par la suite quelques pierres, ainsi qu’un mégalithe qui servira comme linteau pour la cheminée de ce pavillon. Ce bâtiment assez luxueux était constitué d’une entrée située au premier étage accessible par des escaliers ouvrant sur un hall et de deux salles de réception. Les quartiers des domestiques et de la cuisine se trouvaient au rez-de-chaussée. Au deuxième étage, réaliser avec un parquet abritait les chambres. Tandis que sur les côtés, il y avait deux maisons à toit en appentis qui servait d’étables. A l’avant de ce pavillon, une cour était aménagée en demi-cercle et limitée par un muret en pierre et une porte. Et tout ceci sur un terrain fermer de 100 hectares qui renfermaient de nombreux cerfs. Malheureusement, peu après la construction, une tempête arrachera le toit en ardoise. Mais pour les habitants superstitieux de cette région, déclareront comme l’œuvre du Diable où estimeront que les esprits lésés étaient responsables et cherchaient à se venger pour avoir profané l’ancienne sépulture. Mais il sera remplacé par un toit en forme d’une arche en pierre, toujours visible et intacte de nos jours.

En 1735, ce pavillon deviendra un lieu de rencontre fondé par Richard Parsons, premier Earl de Rosse, un homme très connu pour sa pratique de la magie noire. Et du colonel, Jack St Leger aurait été présidé par Richard Chappell Whaley connu pour son penchant à brûler des églises. Il y aurait eu également cinq autres membres, tels que Harry Barry ( baron de Santry), Simon Luttrell ( député) et de trois colonels Henry Bessborough, de Richard St George et de Clements. Ses membres se rencontraient déjà dans différents lieux de Dublin et étaient très connus et réputés pour leurs comportements amoraux et de leurs débauches impliquant l’alcool et le sexe. Sans oublier les pratiques occultes et les manifestations démoniaques, c’est ainsi que le bâtiment prendra le nom de Hell Fire Club ( le club de l’enfer), que même le président était nommé le roi de l’enfer puisqu’il s’habillait comme Satan, avec des cornes, des ailes et des sabots et lors des assemblées les membres laissaient une place pour le diable, dans l’espoir qu’il y assisterait.

Hell Fire Club aurait plusieurs histoires lugubres, mais la plus connue serait celle dans laquelle le diable aurait rejoint les membres une nuit de tempête lors d’une partie de cartes. Puis, lorsqu’un joueur laisse tomber une carte par terre, il se penche pour la ramasser et aperçoit que l’inconnu qui jouait aux cartes avec eux avait des sabots fendus au lieu de pieds. Au même moment, on vit ce visiteur disparaître d’un coup dans une boule de feu.

Une autre histoire serait celle d’un jeune fermier qui était curieux de savoir comment se passaient les réunions secrètes du club. Il se fera ainsi invité par les membres et assister aux activités nocturnes. Sauf que le lendemain matin, on le retrouve tremblant et terrifié et qu’il aurait même passé le restant de sa vie à ne plus parler, ni même de se souvenir de son nom.

Une autre histoire raconte cette fois qu’un jeune homme, en visitant une ferme locale aurait découvert les activités du club. Mais le lendemain matin, on le retrouva mort. Son hôte et le prêtre local pensaient qu’il avait été assassiné et décident d’aller enquêter au Hell Fire Club. Mais à leurs arriver, ils voient un banquet dressé et un chat noir rôder dans la salle. Sauf que le chat n’est pas un chat ordinaire, qu’il a des oreilles en forme de cornes. Le prêtre décide alors de jeter de l’eau bénite et tente même de réaliser un exorcisme. Et s’aperçoit que le chat se déchire. Tandis qu’à l’extérieur, l’hôte est retrouvé allongé sur le sol, le visage et le cou profondément écorchés par des griffes.

Un autre conte de rituels sataniques et démoniaques raconte que Simon Luttrell, qui était le shérif de Dublin City participant au Hell Fire Club, vendit son âme au Diable, en échange du remboursement de ses dettes et lorsque celui-ci vient le réclamer, au bout de sept ans. Luttrell parvient à le distraire et à s’enfuir.

On dit également qu’un jour le bâtiment subit un incendie, que les circonstances serait dû au fils de William Conolly qui refusa de renouveler le bail. Un autre récit dit que les membres ont mis le feu afin de donner une apparence infernale au lieu. Ou bien que se serait lors d’une messe noire qu’un domestique a renversée un verre sur le manteau de Whaley et que ce dernier aurait répliqué en versant du brandy sur l’homme avant de l’enflammer et c’est ainsi que le bâtiment a pris feu et plusieurs membres seraient tués. Mais après cet incendie, le club sera déplacé en bas de la colline à la maison Killakee, ou on raconte qu’ils ont enlevé une jeune fille d’un fermier, avant de l’assassiner et de la manger. Qu’ensuite, Whaley se repentit et meurt vers 1800, avec lui, les activités du club déclinèrent par la suite et il fut dissous en 1760.

Aujourd’hui, lorsque les visiteurs visitent et se promènent sur les sentiers des alentours de ce lieu, disent ressentir une atmosphère oppressante et seraient même témoins de manifestations démoniaques. Qu’autour de cette colline se trouvent différents lieux  et résidences tel que le domaine de Killakee d’un style victorien et d’un grand jardin à la française. Ainsi que la maison des Stewards ou encore le château de Carthy, que ces lieux seraient également hantés et maudits.

Je vous ai raconté les histoires horribles et événements démoniaques de ce lieu. Mais perché dans les montagnes de Montpelier Hill, dans le comté de Dublin, en Irlande, se trouve également des sites aux alentours d’autres bâtiments également connu pour être hanté comme le pavillon de chasse, la maison des Stewards. Qui aujourd’hui, est complètement réputé par les nombreux événements et phénomènes paranormaux.

En effet, au pied de cette colline, le long de la route militaire, se trouve une maison à deux étages « Stewards House ou Killakee House » à ne pas confondre avec la maison de la famille Massy qui elle est complètement démolie.

Cette maison, réputée d’être la plus hantée, est un pavillon de chasse construit en 1765, part la famille des Conolly, servira de demeure pour une veuve, puis servira pour un agent responsable du domaine Killakee. Sur l’arrière, se trouve un beffroi qui était surtout utilisé pour sonner le repas des ouvriers.

Les histoires de ce pavillon racontent des récits complètements horribles et démoniaques sur un énorme chat noir qui rappelle l’histoire du prêtre qui aurait exorcisé un chat noir au Hell Fire Club. Ou une autre histoire racontant que l’on aurait aspergé le chat avec de l’alcool et l’incendié avant que l’animal puisse réussir à s’échapper à travers les montagnes avec sa fourrure enflammée.

Mais d’après les rapports des habitants de la région, ils disent que des apparitions fantomatiques seraient apparues entre 1968 et 1970, qui ferait également parler de Margaret O’Brien et de son mari Nicolas, un super intendant de la Garda à la retraite, où ils transformeront la demeure en centre d’art. Mais pendant les travaux, les ouvriers seront confrontés à une figure spectrale, d’un chat noir et aux apparitions de fantômes. Qu’une nuit, l’artiste Tom McAssey et deux ouvriers disent avoir vu un spectre et un chat noir avec des yeux rouge brillant. D’ailleurs, aujourd’hui, cet artiste ayant peint ce chat, serait accroché au mur pendant plusieurs années dans cette maison.

On dit également qu’il y aurait aussi un gentleman indien et de deux nonnes, Blessed Magaret et Holy Mary, qui aurait participé aux messes noires de Moutpelier Hill. D’autres diront avoir attendu des cloches et assisté à des apparitions fantomatiques.

D’ailleurs, en 1970, une équipe de télévision irlandaise réalisant un reportage sur la maison et accompagné d’un médium, Sheila St Clair serait entré en communication avec des esprits grâce à l’écriture automatique ( qui est une façon de communiquer avec les morts).

En 1971, c’est un plombier qui découvrir une tombe avec un squelette de petite taille, comme celui d’un enfant ou peut être d’un nain qui aurait été sacrifié par les membres du Hell Fire Club.

Aujourd’hui, ce bâtiment est complètement restauré depuis 1990 et est devenu une résidence privée en 2001.

On raconte également, qu’un jour un enquêteur de paranormal, lors de la visite de ces lieux n’a trouvé aucun résultat, sauf qu’il se saurait senti mal durant la durée de l’enquête.

De nos jours, ce site est encore visité par de nombreux touristes et on peut également avoir le plaisir de partir sur un ensemble de route de promenade. Mais attention, car certains touristes disent parfois de ne pas se sentir bien où de voire des ombres durant la promenade de ces lieux.

Alors maintenant, à vous de faire une idée sur ce lieu dont l’histoire noire et les événements démoniaques se sont déroulés ou qui nous laisserons toujours dans le doute.

Cordialement votre admin.

Spirituellement vôtre.