Au Coeur Ancestral

Ningyo

Ningyo

Ningyo Source google

Le ningyo signifiant poisson humain est une créature des mers de la mythologie Japonaise, ressemblant à un poisson.

Contrairement aux séduisantes sirènes occidentales, Le Japon aurait également sa sirène, mais la sirène japonaise la plus courante est plus une bête qu’une beauté et en plus, le ningyo est décrit le plus souvent comme un être repoussant.

Anciennement, on décrit le ningyo avec une bouche de singe dotée de dents de poisson, d’un torse humain, d’une queue de poisson aux écailles dorées, d’une douce voix ressemblant un peu au son d’une flûte ou au chant d’une hirondelle, d’un visage laid et déformé, de longs doigts osseux, de griffes acérées, qu’on compare sa taille à celle d’un enfant humain ou à la taille d’un phoque , que sa chair serait agréable au goût et quiconque la mange atteindra une longévité remarquable, comme la jeunesse et la vie éternelle.

Sauf, que s’il l’on attrape un ningyo, que cela comporterait un danger que la plupart des gens ne sont pas prêts à risquer et qu’il aurait le pouvoir de déclencher des tempêtes et des malheurs et provoquerai également la malchance.

C’est pourquoi, selon les histoires que les pêcheurs qui capturaient un ningyo les rejetteraient immédiatement à la mer pour ne pas apporter la malchance sur eux.

On raconte aussi que si un ningyo viendrai à s’échouer sur une plage, cela provoquerait aussitôt le présage d’une guerre ou d’une calamité quelconque.

On parle également, que le ningyo serait enregistré dans les premières histoires écrites du Japon et qu’il se trouverait dans le Nihon Shoki qui est l’un des plus anciens livres, datant du 619, du Japon.

Aujourd’hui, on peut retrouver cette créature dans certaines histoires racontant qu’un ningyo aurait la capacité de détruire des villes entières en les englobants par des tremblements de terre ou des raz-de-marée, lorsqu’un pêcheur aurait malheureusement capturé et ramené dans l’une de ses prises.

Il y a également, une histoire folklorique s’appelle Yao Bikuni ou Happyaku Bikuni racontant qu’un pêcheur vivant dans la province de Wakasa, pêcha un poisson inhabituel, qu’il invite ses amis pour goûter sa viande, mais l’un de ces amis remarqua que la tête de ce poisson avait un visage humain et ordonna aux autres de ne pas le manger. Mais, quand le pêcheur ayant cuisiné la chair et l’offrir à ses amis. Ils ont tous secrètement enveloppée dans un papier et l’on cachée sur eux afin qu’elle puisse être rejetée sur le chemin du retour.

Sauf, qu’un homme ivre de saké aurait oublié de le jeté et une fois rentré à la maison l’offre en cadeau à sa fille par négligence. Voyant son erreur, le père craignait pour sa fille, mais la petite fille ne montre aucun effet néfaste.

Malheureusement, les années passèrent et la petite fille grandie et finie par se marier, mais elle n’a plus jamais vieilli et aurait gardé son apparence juvénile pendant que son mari vieillit et meurt.

Après, de nombreuses années, cette femme après plusieurs mariages et veuvages, elle devient nonne bouddhiste ; et errante dans divers pays, rentra dans sa ville natale à Wakasa où elle mettra fin à sa vie à l’âge de 800 ans.

Alors, si un jour vous croiser un ningyo sur votre chemin, passe outre, sauf si vous voulez recevoir la vie éternelle ou la malchance.

Cordialement votre admin.

Spirituellement vôtre.