Au Coeur Ancestral

Chucky

Robert 

Robert Source google

Il n’est vrai que dans le domaine du paranormal que l’on peut rencontrer énormément de choses incroyables et inexplicables, que l’on est soi-disant possédé par un démon ou tout simplement avoir un objet maléfique, comme par exemple une poupée.

Nous connaissons sûrement tous les films de la poupée Chuky, aux yeux d’un bleu profond, d’une tignasse rousse et d’une salopette bleue, qui sème la terreur pour s’emparer de l’âme d’un enfant en le poursuivant avec un couteau bien tranchant.

Mais s’aviez-vous que ce film de 1988 est basé sur une vraie histoire, qui est celle de Robert Eugène Otto et de sa poupée qui se nomme aussi Robert.

Tout commence en 1896, où la famille Otto vit dans une magnifique maison située à l’angle des rues Eaton et Simonton, à Key West, en Floride aux Etats-Unis.

Mr Otto Thomas est un médecin très réputé, qui vit avec sa femme et ces quatre enfants, ainsi que de nombreux employés, mais était une personne sévère et allait parfois jusqu’à les maltraiter.

En 1905, Mr Otto décida de congédier la jeune domestique d’origine Haïtienne pour avoir exercé des actes de magie noire dans sa cour, qu’il avait embauchée pour s’occuper de leur fils, dont Eugène âgée de 6 ans qui subira un destin allant dans l’horreur, soi-disant.

On raconte que la jeune domestique aurait été enceinte de Thomas Otto et qu’elle aurait jurée de se venger, en les faisant payer très chère.

C’est ainsi, juste avant de partir, elle offrit à Eugène Otto une poupée de chiffon de paille, car elle était très proche de l’enfant.

Depuis ce jour-là, la poupée devient petit à petit le meilleur ami d’Eugène.

D’ailleurs, Robert Eugène ne la quittera plus cette poupée et sera même inséparable, il lui mettra ses propres vêtements, dormira et mangera à table avec, et la nommera comme lui Robert.

Certains diront que c’est lorsque sa mère venait de le sermonner, qu’il déclara de l’appelé par son second prénom Eugène, car Robert était celui de la poupée et non le sien.

Et d’autres diront que c’est lui qui un jour demande à sa mère de ne plus l’appeler Robert que c’était le nom de sa poupée, que maintenant son prénom sera Eugène.

C’est depuis ce moment-là que des phénomènes commencèrent à se produire.

Depuis que Eugène reçut cette poupée, il commença avoir des comportements étranges, comme aller s’isoler et parler avec Robert.

Un jour, sa mère attend son fils parler tous seuls, mais elle attend également une autre voix plus grave lui répondant dans la pièce, que les conversations étaient longues.

Même les domestiques étaient inquiets, en voyant l’enfant très agité.

Quand, sa mère fait des irruptions dans sa chambre, elle aperçoit souvent son fils Eugène blotti dans un coin, alors que la poupée se trouve étrangement assise sur une chaise ou sur le lit.

Un soir, les parents attendent un vacarme terrible provenant de la chambre et lorsqu’ils rentrèrent, ils s’aperçoivent que la pièce est complètement ravagée comme si un séisme était passé, les meubles sont renversés, les vêtements sont déchirés, ses autres jouets sont mutilés et cassés en deux.

Quand ils demandent ce qu’il sait passer à Eugène qui se trouvait assis sur son lit et fixant sa poupée il répond  « C’est Robert ! Ce n’est pas moi, c’est Robert ».

Même, les voisins diront avoir aperçu la poupée Robert se déplacer de fenêtre en fenêtre, lorsque la famille s’absentait, d’entendre parfois un rire terrifiant.

Il y a aussi le plombier, qui était venu pour des réparations, c’est enfui en laissant ces outils et plus tard il expliquera avoir entendu un rire maléfique sortir de la poupée.

Les parents diront aussi, que la poupée courait de pièce en pièce, que le regarde variaient suivant ses humeurs et qu’elle clignait souvent des yeux.

Alors, que les phénomènes s’intensifiaient de nombreux employés quittèrent la demeure, les proches estimèrent de faire quelque chose et sur les recommandations d’une grande tante, ils retirèrent la poupée pour la placer dans une boîte qu’ils déposèrent dans un coin où elle résidera de longues années.

En 1945, Eugène devenu un artiste peintre il s’installe à Bostogne avec sa femme Anne, qu’il avait rencontrée durant ses études à Paris.

Sauf, lorsque son père vient à mourir, il hérite du manoir victorien et retourne vivre au domaine, car la maison est plus spacieuse et il peut aussi s’installer un plus grand  atelier de peinture.

Malheureusement, lorsqu’il monte dans le grenier, il redécouvre la poupée Robert qui était rangée dans un coffre.

Et les problèmes recommencèrent, car Eugène décide de lui aménager une chambre, qu’il décora de petits meubles adaptés à sa taille.

En 1970, Eugène tombe gravement malade et au lieu de rester avec sa femme, il passe plus de temps dans la chambre avec sa poupée Robert.

Mais, en 1974, Robert Eugène Otto mourut dans la chambre avec sa poupée Robert près de lui.

Sa femme Anne ayant le cœur brisé, malgré les événements terribles dûs à cause de la poupée, décide de vendre rapidement la maison pour s’installer à Boston près de sa famille, en abandonnant la poupée Robert qu’elle avait toujours détestée dans le grenier. Mais, quelques années plus tard une nouvelle famille s’installe dans le manoir et ils découvrent rapidement la poupée dissimulée sous un amas de boîte.

Cette fois c’est le tour d’une petite fille de 10 ans, qui réclama la poupée pour la placer dans sa collection de poupées avec les animaux en peluche.

Une nuit, la petite fille se met à crier et accuse la poupée d’avoir tenté de l’attaquer lorsqu’elle dormait et elle dit même de l’avoir vu courir et sauter de haut en bas dans sa chambre, même trente ans plus tard, elle continue d’affirmer l’épisode de la chambre.

Peu de temps après, les parents décident de se débarrasser de la poupée et feront don au Fort East Martello Museum.

Aujourd’hui, on peut contempler cette poupée derrière une vitrine en verre.

Mais, il semble que la poupée Robert continue à terroriser bien de monde, en commençant par les employés du musée qui racontent que la poupée tape sur la vitre et change de position sur sa chaise, que les touristes témoignent des nombreux dysfonctionnements de leurs appareils électroniques.

Cependant, une légende raconte lorsque l’on prend une photo de la poupée Robert, qu’elle n’aime pas que l’on se moque d’elle et quand on l’apprend en photo, il faut lui demander sa permission, sinon on est maudit.

C’est pourquoi, le musée reçoit des milliers de lettres qui demandent pardon à Robert et serait même placardé sur le mur de la pièce consacrée à Robert.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, on raconte que la demeure du manoir transformé en Bed & Breakfast, serait hantée, que les portes s’ouvrent toutes seules et se referme, qu’un fantôme se promène dans les escaliers allant au grenier et serait probablement celui d’Anne qui veut protéger le manoir de l’esprit de Robert.

Alors, si un jour vous allez visiter le musée où se trouve la poupée légendaire Robert en face, dans son costume d’époque en serrant son lion en peluche contre lui,  surtout ne vous moquer pas d’elle et demander lui sa permission, sinon vous serrez maudit d’une malédiction et vous devrez envoyer une lettre qui se retrouvera placer sur le mur pour lui demander pardon et de retirer la malédiction à Robert. 

Cordialement votre admin.

Spirituellement vôtre.

×